Libye Anatomie d'un Crime - La guerre par le viol

par We are not weapons of war

Faire un don

Libye Anatomie d'un Crime - La guerre par le viol

par We are not weapons of war

Faire un don

Au delà du film, l'enquête continue ! Rejoignez nous !

NOTRE ONG 


 We Are Not Weapons of War (WWoWest une start-up à but non lucratif basée à Paris, en France, qui se consacre à la lutte contre les violences sexuelles dans les conflits au niveau mondial. Depuis presque 20 ans, Céline Bardet, avocate spécialisée dans les crimes de guerre et enquêtrice criminelle internationale, a travaillé dans plus de 50 pays. Elle a été témoin de l’usage systématique du viol comme arme de guerre dans la plupart des zones de conflit, post-conflit, et autres zones fragiles dans le monde. Elle a fondé WWoW afin de proposer une réponse globale, holistique et efficace à l’usage endémique du viol dans les environnements fragiles. Parce que le fléau des violences sexuelles est utilisé comme un outil avec un but précis dans tellement de pays, ciblant les femmes, les filles et parfois les hommes, WWoW croit fermement qu’il est urgent de mieux comprendre ses causes, sa portée, son mode opératoire, et de développer des solutions efficaces et adaptées au terrain. WWoW est particulièrement intéressée par l’utilisation des nouvelles technologies. L’organisation a développé un outil appelé BackUp qui permet d’identifier des survivant(e)s de violences et de permettre à des personnes tierces (médecins, avocats, activistes, journalistes,etc.) de transmettre des éléments d'information sous forme de vidéo, photo, documents ou d'enregistrements en toute sécurité.  Les éléments sont stockés dans un espace sécurisé et analysé grâce au Back office du Back Up entièrement conçu et dédié à cela. 


En 4 ans, le viol de guerre est devenu un sujet visible. Objectif 1 accompli et concrétisé avec la remise du Prix Nobel de la paix au Dr. Denis Mukwege, avec qui travaille WWoW, et à Nadia Murad, survivante yézidie, ayant subie l’esclavagisme sexuel et les viols par Daech.


undefined
Annonce du Forum international sur le viol de guerre co organisé par Céline Bardet, Denis Mukwege à l'initiative de  SAR la Grande Duchesse du Luxembourg,  en Mars 2019 


LE BACK UP 


Le BackUp  est une plateforme digitale sécurisée en ligne avec la vision de WWoW novatrice de la justice.  C'est aussi une application simple d'utilisation pour les survivants.  L'outil permet de répondre à la problématique de l’inaccessibilité des victimes sur le terrain qui empêche leur identification et donc l’accès aux soins. Le BackUp permet aux victimes de se signaler, de se géolocaliser si elles le souhaitent, pour accéder aux services dont elles ont besoin (médicaux, sociaux, juridiques). Le BackUp dispose aussi d'une plateforme professionnelle qui permet la coordination des professionnels impliqués sur cette question, pour une prise en charge complète des besoins des victimes. WWoW construit depuis  de nombreuses années des réseaux dans différents pays avec de solides liens de confiance, pour que le travail avec les survivant(e)s s'appuie sur eux. WWoW privilégie en effet une approche qui part du terrain pour résoudre des problématiques complexes.  Le Back Up permet aussi de stocker, analyser et authentifier les éléments d’information, de preuves et témoignages recueillis à des fins de documentation et à des fins judiciaires.


Le BackUp est d'ores et déjà utilisé en Libye. Cet outil est développé par la compagnie Intech luxembourg et EBRC. 


Une version initiale du Back office du Back Up 


Pourquoi une application ?

  1. Parce que la grande majorité des survivants ne savent ni où ni à qui s’adresser et restent donc invisibles, sans accès aux soins. Ils ne sont jamais répertoriés. Le Back Up leur permet AVANT TOUT de pouvoir exister et être reconnus. #DIGNITÉ

  2. Parce que d’une part les services ne “trouvent pas les victimes” et d’autre part les victimes ne savent pas où sont les services ou ne peuvent pas s’y rendre. Le Back Up veut répondre à cet écueil. Il va à contre courant en amenant les services là où la personne se trouve et non pas l'inverse. De plus, une fois son témoignage transmis et sécurisé, le ou la survivant(e) dispose d'une référence et n'a plus à répondre aux autres demandes d'interview mais peut enfin rester tranquille, sans avoir à répéter son histoire des dizaines de fois !  Il ou elle peut alors rediriger les organisations ou journalistes vers notre organisation qui stocke son témoignage. #PROTECTION

  3. Parce que l’outil est simple, intuitif, permet le premier contact, est adapté à toute forme de support et protège son utilisateur avec un système totalement sécurisé.   L’alerte arrive en temps réel sur le Back Office du Back Up géré par WWoW. #FRUGALITÉ

  4. Parce que de nombreux journalistes nous ont fait part de leur impuissance face aux personnes croisées et interviewées sur le terrain : avec le Back Up ils peuvent permettre à ces personnes d’être prises en charge. Les reporters de guerre disposent aussi souvent d’éléments d’information jamais centralisés et rarement analysés. #INTERDISCIPLINARITÉ

  5. Enfin, parce qu’une importante documentation existe, publiée partout sur internet. Mais que pour que celle-ci soit admissible juridiquement, un tri et une analyse doivent être réalisés, avec l’appui d’experts auxquels les activistes locaux n’ont pas accès.  Nous créons ce GO BETWEEN qui leur manque. La plupart des organisations internationales prennent en compte ces éléments, sans jamais impliquer ceux qui les apportent. Le Back Up vise à faire des individus impliqués dans chaque pays DES ACTEURS DE LEUR PROPRE HISTOIRE, en les guidant à distance, en leur apportant les réponses immédiates dont ils ont besoin et en analysant pour eux leurs documents. #EMPOWERMENT

L’éthique est essentielle chez WWoW et repose sur un process totalement transparent et basé sur un cercle vertueux. Nous nous opposons aux missions répétées "d’experts internationaux “ qui n'ont que peu d'utilité réelle sur le terrain, et qui continuent par ailleurs à nourrir cette idée d’internationaux qui viennent régler le problème des locaux. Ici, tout document, témoignage stocké et authentifié reste la propriété des plaignants et des informateurs. WWoW ne se substitue pas. WWoW travaille AVEC. De plus, WWoW ne produit pas de rapports superflus, coûteux et qui monopolisent les fonds publics et privés sans avoir de réel impact.

La LIBYE est l’un des projets phares de WWoW. Pourquoi ?

undefined


Car personne ne semble prêter attention à l’une des situations humanitaires les plus dramatiques des conflits actuels. En Libye, le viol n’est pas une question de genre, car il concerne les femmes mais aussi particulièrement les hommes. C’est une arme de guerre qui vise la destruction du tissu social. C’est un outil de destruction politique visant spécifiquement les hommes, les faisant ainsi disparaître de la vie de la Cité. Le documentaire de Cécile Allegra  Libye, Anatomie d'un crimediffusé sur ARTE le 23 octobre 2018, illustre l’utilisation du viol à l’encontre des hommes et le travail d’enquête judiciaire mené par WWoW (https://www.arte.tv/fr/videos/065872-000-A/libye-anatomie-d-un-crime/).

Il est évident que la justice et l’accompagnement des professionnels médicaux, psychosociaux et judiciaires sont des éléments primordiaux pour assurer la paix et la sécurité de la Libye. A ce jour, le viol est toujours utilisé dans les centres de détention ou sur la route migratoire et les activistes que coordonne WWoW, recensent chaque jour de nouveaux témoignages de survivants.

Une collaboration active existe déjà entre WWoW et l'équipe d'Emad. Une version finalisée du Back Up étant prête, les activistes attendent impatiemment de pouvoir l’utiliser. A ce jour, il manque encore des fonds pour rendre son usage effectif, former et coordonner les professionnels pour  prendre en charge les survivants de façon systématique et efficace.

Les cas recensés viennent de toute la Libye, concernent les hommes, comme les femmes et les migrants, et ce depuis 2011.  WWoW veille à travailler avec tous les camps et tribus, sans distinction.

Ce que fait WWoW en Libye :

Ø  Travaille au quotidien avec les réseaux libyens, en Libye, Tunisie, Suisse et partout dans le monde ;

Ø Prise en charge financière avec fourniture de matériel et d’un bureau à Tripoli pour l'accueil des victimes et le recueil de leur plainte. Ce bureau est géré par le groupe d’activistes composé d’avocats, d’activistes, de journalistes etc. ; 

Ø  Collecte des cas et d'informations afin de constituer des dossiers judiciaires : 350 cas déjà recueillis ; 

Ø Mise en relation entre victimes et services médicaux et sociaux, et soutien aux familles des victimes ; 

Ø Préparation des dossiers judiciaires et documentation.


Nous avons voulu à travers ce film documentaire vous présenter une partie de ces Libyens qui risquent leur vie. Comment ? En vous impliquant avec nous pour faire avancer ce travail. 

Aujourd'hui, WWoW ne dispose d'aucun fonds financier pour pouvoir poursuivre ces projets avec les Libyens et nous ne pouvons pas accepter de mettre fin à ce travail débuté il y a plus de trois ans. C'est pour cette raison que nous lançons pour la première fois une campagne participative ! Nous voulons prolonger la vie de ce film si important.  


VOTRE SOUTIEN EST DONC PRIMORDIAL !

VOS DONS SERVENT À FINANCER : 


PALIER 1  

  • PLAIDOYER pour briser le tabou  (25 000 € nécessaires)

Le film Anatomie d’un crime a amené de nombreux Libyens à rencontrer Emad et à témoigner de leur viol. Face à ce succès nous voulons amplifier ce processus.

- Avec 10 000 €  : financement de la traduction en arabe du documentaire "Libye, Anatomie d’un crime" et d’une conférence-projection à Tunis et dans d’autres ville en Tunisie.

- Avec  15 000 € : série de conférences-projection en Turquie, Jordanie et Liban avec la participation de réfugiés syriens pour casser le tabou au Moyen-Orient. Créer une caravane de sensibilisation dans le Moyen Orient et y inclure les camps de réfugiés.

Si nous récoltons un peu plus, nous avons le projet avec des libyens graphistes de développer des outils pédagogiques sous forme d'animation. 


PALIER 2

  • FORMATION et  SOUTIEN AUX ACTIVISTES   (10 000 € nécessaires)

Les Libyens demandent à être formés régulièrement. Ces formations sont faites sur la base de leur travail et sont donc axées sur leurs besoins. Elles sont pragmatiques et leur permettent d’être plus efficaces sur le terrain, d’être mieux sécurisés aussi.

- Avec 10 000 € : Location des bureaux d’accueil pour les victimes en Libye, financement pro bono des médecins et soutien pour les victimes et leur famille, fourniture de matériel (type scanner) et frais de déplacement des activistes (déjà financés par WWoW sur les 2 dernières années) pour l'année 2019.

- Si nous dépassons nos objectifs, avec 20 000 € : Cycle de formations en 2019 des activistes et  journalistes aux techniques d’enquêtes et d’interview, documentation, sécurisation des données et analyse des preuves avec préparation de dossiers judiciaires (incluant 2 semaines en Libye).


Merci de votre soutien et engagement avec nous !  Cela compte énormément.










Donner 10 euros

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Donner 300 euros

Donner 500 euros

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard SEPA PCI-DSS
L
GEOFFREY LIVOLSI
27/11/2018
i
isabelle niang
27/11/2018
J
Jean-Pierre Goux
26/11/2018
Signaler la page