Un Bic pour Un Flic  - WSI : Pour la participation citoyenne

Pour en finir avec les contrôles au faciès, offrons des carnets et des stylos aux policiers

Les contrôles au faciès nuisent gravement à notre démocratie 


Les contrôles au faciès violent chaque année les droits de millions de nos concitoyen-ne-s. Cette pratique est aujourd’hui communément reconnue et documentée.


Les contrôles au faciès vont même au-delà de l'atteinte grave au principe d’égalité. Ils nuisent à la cohésion sociale, à l’intégrité des personnes et sapent la confiance que la population devrait avoir dans les forces de sécurité. Enfin, le contrôle d'identité est le seul acte de police qui ne laisse aucune trace. 


Nous n'avons pas oublié que la lutte « contre le délit de faciès dans le contrôle d’identité » était l’un des 60 engagements de campagne de François Hollande. De plus, la Cour d’Appel de Paris, dans une décision du 24 juin 2015 a suivi une recommandation du Défenseur des Droits en jugeant que l’absence de traçabilité de contrôles d’identité constitue une entrave à la justice.


Pourtant, le mardi 28 Juin 2016, lors de la discussion de la loi Egalité et Citoyenneté à l’Assemblée Nationale, la Commission des Finances a rejeté tous les amendements proposant d’instaurer des récépissés de contrôle, mesure phare pour lutter contre les contrôles d’identité discriminatoires, au nom de leur coût trop élevé. Une fois de plus, ce n’est pas le bon moment pour parler de la dignité des citoyen-ne-s discriminé-e-s et humilié-e-s au quotidien. Ce nouveau coup fourré du gouvernement à l'Assemblée est un énième passage en force du gouvernement Valls qui refuse d’en finir avec les contrôles au faciès. 


Après le 49.3 utilisé pour faire passer en force la loi travail, le gouvernement invoque ici l’article 40 de la Constitution qui permet de déclarer irrecevable un amendement "considérant que l'achat de carnets de récépissés et de stylos serait à l'origine d'une création ou d’une aggravation d’une charge publique". En clair, créer l’obligation pour les policiers de délivrer un récépissé à chaque contrôle d’identité coûterait trop cher à l’Etat !


Aidons le gouvernement à financer la fin des contrôles au faciès : #UnBicPourUnFlic


Le profond mépris exprimé dans cette réponse nous empêche d'en rire. Opposer ces «coûts» à une mesure essentielle pour mettre fin à des pratiques qui violent des droits aussi fondamentaux que la non-discrimination, la liberté de circuler et le respect de la vie privée, surtout dans le cadre d’une loi destinée à réduire « l’apartheid territorial, social et ethnique » selon le Premier Ministre.

 

Nous sommes choqué-e-s par cette manœuvre méprisant les droits de toutes celles et ceux qui subissent régulièrement de tels contrôles abusifs. En riposte à cette posture inacceptable, nous lançons une campagne citoyenne pour venir au secours de la démocratie et de nos droits fondamentaux : #UnBicPourUnFlic. Nous nous engageons à apporter en mains propres à l'Assemblée Nationale tous les crayons et les carnets que nous pourrons financer dès la fin de cette campagne.




A quoi servira l'argent ?


Financer l'achat de stylo BIC : 2,99€ le paquet de 10 stylos BIC
Financer l'achat de carnets : 1.75€ le carnet duplicata 50 pages
L'argent supplémentaire sera reversé aux associations qui soutiennent les victimes de contrôle au faciès.

Donner 10 euros

Vous offrez un an de stylos et de carnets à un-e policier-e-s

Donner 20 euros

Vous offrez un an de stylos et de carnets à deux policier-e-s

Donner 30 euros

Vous offrez un an de stylos et de carnets à trois policier-e-s

Donner 50 euros

Vous offrez un an de stylos et de carnets à cinq policier-e-s

Association WSI : Pour la participation citoyenne

WSI : Pour la participation citoyenne

We sign it pour la participation citoyenne

Charles Mercier
28/08/2016
Continuez !
MARTINE GUILLEMIN
16/07/2016
Morgane Auriche
11/07/2016