Association : Comment créer un site internet en 5 étapes ?

Pourquoi créer un site internet ? La réponse est assez simple. Combien de fois par jour, vous ou les personnes vous entourant, ont sorti leur téléphone pour répondre à une problématique, parce qu’elles cherchaient une réponse à une question, parce que vous cherchiez une activité, où trouver un magasin, un objet…? En plus d’une communication […]

Pourquoi créer un site internet ? La réponse est assez simple. Combien de fois par jour, vous ou les personnes vous entourant, ont sorti leur téléphone pour répondre à une problématique, parce qu’elles cherchaient une réponse à une question, parce que vous cherchiez une activité, où trouver un magasin, un objet…?

En plus d’une communication sur les réseaux sociaux, 73% des associations ont un site internet, et elles ont bien compris que cet outil en ligne était indispensable pour rendre visible leur association et activités. Pour pouvoir rendre votre site internet visible sur les moteurs de recherche, vous devez d’abord créer un socle solide qui reflète votre association et vos activités.

Que vous sollicitiez l’aide d’un professionnel ou que vous vous lanciez vous-même dans la conception de votre site, clarifions étape par étape la création d’un site internet.

Étape 1 : Définir ses objectifs et son budget

Un site web est un support de communication d’une grande importance pour une association 1901. Avoir son association en ligne permet d’optimiser sa visibilité, se faire connaitre, partager ses valeurs, diffuser ses projets, et financer une partie de son activité grâce.

Il a l’avantage également d’attirer des bénévoles, de potentiels donateurs et partenaires, des usagers ou de nouveaux adhérents. Ainsi, pour ne rien rater de la conception du site de votre organisme associatif, vous devez avant toute chose définir vos objectifs.

Effectivement, les besoins et les enjeux diffèrent suivant qu’il s’agit d’une structure déjà existante et d’une organisation en formation.

Communiquer et gagner en notoriété grâce à votre site internet

Lorsque vous créez une association, il est intéressant d’avoir un site internet que vous pourrez communiquer sur vos supports de communication, pour annoncer le lancement d’un projet ou tout simplement vous présenter, mais également pour mettre un bouton d’appel aux dons disponible pour permettre votre financement. Toutefois, pour une association en formation, il est préférable de commencer en douceur par quelques pages de contenus présentant l’association, les bénévoles, vos actions en cours, etc. Nous vous conseillons d’attendre les réactions des premiers visiteurs avant de vous lancer dans la conception d’un site avec plus de fonctionnalités comme un service de réservation en ligne par exemple.

Fédérer une communauté autour de l’association

Détenir un site web pour son association s’avère être un excellent moyen de promotion et de démonstration de son dynamisme. Vous pouvez mettre en avant vos actions faites sur les réseaux sociaux en les connectant à votre site web et incorporer vos capsules vidéo. N’oubliez pas de mettre des boutons de partage. Pour accentuer cet effet d’énergie, votre site internet peut détenir un blog sur lequel vous publierez régulièrement des actualités associatives et traiter de sujets qui sont propres à votre secteur d’activité.

Il ne faut pas non plus oublier de relayer vos articles sur les réseaux sociaux qui boosteront la visibilité de votre site internet.

Rechercher des partenariats et des subventions grâce à un site vitrine

Cet outil en ligne permet à une association de présenter son organe de direction, ses adhérents, mais surtout sa raison d’être. Cette transparence dans ses activités représente pour les mécènes et les partenaires un gage de sérieux de la part de l’association lors d’appel aux dons ou campagne de crowdfunding. Ce qui les poussera à soutenir l’organisme en échange d’une page dédiée sur votre site internet, la page « Partenaires ».

Quel budget pour créer son site web associatif ?

Bien évidemment, la détermination du budget joue un rôle majeur dans la création du site web de votre association. Aussi, selon vos objectifs, vous devez prévoir notamment les frais de développement, de référencement et d’hébergement.

Qui sera en charge du site ?

Avant de consulter une agence web, ou un freelance, il est recommandé pour les petites structures associatives de questionner son entourage proche : le bureau, le CA, ses membres, ou même ses bénévoles pour savoir si une personne couvre ces compétences digitales. Attention à la disponibilité de la personne qui accepte de s’en occuper ! Il y a des pass et repasses à faire lors de la création d’un site.

Vous pouvez également compter sur une agence web, un freelance. Accompagné par un professionnel du secteur ou une solution « clé en main » cette question reste cruciale. En effet, si vous choisissez une solution trop technique, sans vous être posé la question de sa mise à jour, vous pourriez vous retrouver en l’espace de peu de temps avec un site à l’abandon.

Quels coûts pour la création d’un site internet ?

Les tarifs pour la création d’un site vont légèrement différés entre une agence web et un freelance. Vous pouvez demander 2 ou 3 devis avant de prendre votre décision. N’hésitez pas à demander un portfolio pour vous faire une idée du style de l’agence ou du freelancer, organiser plusieurs rendez-vous pour bien comprendre ce qui est inclut ou en option. Demandez à bien vulgariser les mots utilisés pour tout comprendre !

Dans tous les cas, le cout d’une conception de site internet varie en fonction du :

  • Temps nécessaire à sa réalisation
  • Niveau de personnalisation souhaité
  • Type de prestataire choisi

Comment créer un site internet gratuit pour une association ?

Des solutions gratuites existent pour la création d’un site internet associatif. Outre WordPress et Framasite (service de l’association Framasoft), vous avez la possibilité de passer par une offre de site web préinstallé siteW, Google Sites, Stringkly ou Wix.

Veillez néanmoins à analyser les avantages et les inconvénients de chaque solution avant de faire votre choix.

Étape 2 : Rédiger le cahier des charges

La création d’un site peut prendre moins de 5 minutes, comme plus de 6 mois. Nous vous conseillons de nommer 2 représentants du bureau qui rédigeront le cahier des charges et suivront le projet de près : s’assurer de l’avancement, du respect du planning, point de contact de toute communication entre l’équipe technique et l’équipe associative.

L’établissement d’un cahier des charges précis est essentiel pour bien baliser le projet de création de votre site web associatif. Cette étape doit même s’opérer avant de la comparaison des offres des prestataires. Cela facilitera en tout cas les tâches des graphistes, codeurs et référenceurs. Il convient alors que votre cahier des charges mentionne les éléments suivants.

Le nom de domaine

Le nom de domaine tient une place importante pour la visibilité et le référencement de votre site internet associatif. C’est pourquoi il est crucial de bien le choisir et éviter un nom de domaine qui n’est plus disponible ou impossible à mémoriser. Pour s’en assurer, il suffit de passer par l’outil de vérification en ligne de l’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération (Afnic). Par ailleurs, il est intéressant de louer un nom de domaine avec plusieurs extensions : « .org », « .fr » et « .com ».

La description du graphisme

Vous devrez préciser en détail toutes les idées graphiques et ergonomiques de votre site web associatif. Codes couleur, logo, charte graphique, structure du site, animations…, il ne faut rien oublier. En termes d’ergonomie web, privilégiez une démarche tournée vers les utilisateurs (UI et UX). Ainsi, la maquette fonctionnelle (wireframe) et la navigation doivent répondre aux publics cibles (membres, volontaires, donateurs, mécènes…). C’est un jargon qui est commun chez les développeurs.

Un bon développeur est une personne qui sera à l’écoute de votre demande et qui sera s’adapter à votre « niveau digital ».

Le contenu du site

Il s’agit ici de définir l’arborescence du site et de lister les pages, rubriques et sous rubriques qui y apparaitront. Pensez d’ailleurs à présenter ces diverses composantes avec une courte description. Il est même recommandé de rédiger les textes et de préparer le contenu du site avant de donner le cahier des charges au prestataire.

Dans le cas d’un budget alloué à votre site internet, vous pouvez également faire appel à un « Brand content », une personne qui saura mettre en forme vos idées avec les bons mots.

Les fonctionnalités du site internet

A ce stade de la création de votre site, il est important de noter toutes vos idées ainsi que, si cela est pertinent pour votre structure, celles de vos membres en passant par un sondage par exemple.

Une fois toutes ces idées notées et les questions ci-dessus et dessous répondues, vous pourrez définir les fonctionnalités à installer et celles à repousser lors d’une évolution de site.

Exemple de fonctionnalités possibles :

La description technique

Cette partie doit lister l’ensemble des fonctionnalités qui n’ont pas été énumérées avec la présentation des pages de votre site internet. À l’instar du formulaire de contact, module de recherche, diaporama avec visuel optimisé…

Étape 3 : Le choix de son hébergeur et de sa solution technique de publication

Comme tous les sites web, le site de votre association requiert également un espace d’hébergement. Pour cela, vous n’avez qu’à louer un serveur auprès d’un hébergeur, idéalement un hébergeur dit « vert ». Nous reviendrons sur ce point plus bas.

En ce qui concerne la solution technique de publication, vous avez généralement le choix entre :

  • Un CMS auto-hébergé (siteW, e-MonSite, Wix…). Faciles à prendre en main et ne requérant pas de compétences particulières. Ces plateformes et logiciels proposent des offres gratuites ou avec abonnement mensuel. Pour certaines, des possibilités sont proposées spécifiquement pour les associations. Par exemple SiteW propose des templates dédiés (club de sport, association caritative, associations culturelles ») et un module HelloAsso pour intégrer nos outils dans votre site internet associatif.
  • Un CMS libre à installer (WordPress, Joomla, Drupal, etc.) qui demandera quelques notions de base. Ne sur estimez pas vos compétences digitales toutefois.

Il va sans dire que le choix de votre solution technique doit tenir compte de vos besoins. Mais, comme votre site web met en jeu la crédibilité de votre association, vous devez bien évaluer les atouts et les défauts de chaque système de gestion de contenu. Prêtez surtout une attention particulière à la manière dont il structure, manipule et exploite le contenu. Sans oublier le socle technique, la politique de sécurité et la gestion des utilisateurs.

Pour info, un CMS est un outil Open Source (gratuit) qui permet de gérer un site internet de manière assistée (grâce à un panneau d’administration) sans avoir à programmer.

Étape 4 : Conception graphique, développement et intégration

Une fois vos objectifs définis et votre cahier des charges rédigé, le programmeur et le web designer vont pouvoir s’attaquer à la création du site. Pendant la phase de conception graphique, le graphiste (ou l’équipe graphique) s’occupe de mettre au point la maquette du site internet de votre association loi 1901. Cette étape constitue en quelque sorte la concrétisation visuelle de vos attentes, mais aussi aux expectatives esthétiques et fonctionnelles de votre public cible. En d’autres termes, elle donne une réelle impression d’avancement du projet.

Dès que les graphistes bouclent leurs tâches et approuvent les fichiers graphiques, ils les transmettent aux développeurs pour l’intégration web. Durant ce processus, les programmeurs se chargent du développement du site en transformant les maquettes graphiques en page html. Et cela, par l’intermédiaire des lignes de programmation en CSS (définition des coloris) et HTML (structuration des pages). C’est également au cours de cette étape qu’ils procèdent généralement à la création des animations de votre site web associatif. De même, ils se chargent de rendre le site responsive, c’est-à-dire compatible avec d’autres supports (tablettes et smartphones).

Instaurez des jalons

Afin de limiter toute mauvaise surprise à la livraison de votre site, il est recommandé d’effectuer des validations à la fin de chaque étape structurante. Une de ces étapes peut être la forme globale de votre site sans le contenu textuel par exemple : la construction du site (menu, onglets, etc.), la disposition des encarts et des informations à venir, etc. L’objectif est de valider les éléments clés afin de ne pas perdre de temps et d’énergie, que ce soit du côté de l’équipe technique que du bureau associatif.

Pour cela, en amont du projet, n’hésitez pas à définir avec les équipes techniques des Jâlons. Ces Jâlons représentent les étapes clés et induisent des points d’aller/ retour entre le bureau et un ou plusieurs représentants de l’équipe en charge de la création du site. Ainsi, lorsqu’un Jâlon est validé, ni l’équipe technique, ni le bureau associatif ne revient dessus et toutes les parties prenantes peuvent se consacrer sur le Jâlon suivant.

Étape 5 : L’importance d’un bon référencement

Pour assurer et maintenir la visibilité de votre site internet, et donc de votre association sur les moteurs de recherche, développez votre identité sur le web par un bon référencement. En effet, un site doit générer du trafic pour gagner en visibilité et en reconnaissance. Plusieurs options s’offrent alors à vous :

  • Le référencement naturel ou SEO : le choix des bons mots et un maillage de votre site qui permet la conversion,
  • Le partenariat : échange de lien avec le site web des partenaires de votre organisme à but non lucratif,
  • Les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, etc. N’oubliez pas de les mettre sur votre site !
  • Faire de la publicité payante sur google pour sponsoriser votre site sur une requête spécifique

Pensez à enregistrer votre site internet sur :

  • votre fiche GooglemyBusiness
  • Wikipédia (si vous en avez une)
  • tripadvisor ou tous les autres sites qui parleraient de votre association et de vos activités associatives.

Les mentions obligatoires qui doivent figurer sur le site internet

La collecte de données personnelles

Depuis le 25 mai 2018, le règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD) est applicable dans tous les pays de l’Europe, et impose de préciser :

  • l’objectif de la récolte de données (newsletter, emailing…)
  • la durée de détention des données
  • la personne en charge du traitement des données

Il faudra également prévoir la possibilité aux personnes de rectifier ou effacer les données collectées et de s’opposer au traitement ou à la vente de ses données.

Les mentions à faire figurer sur le site

Il faudra prévoir une page spécialement appelée « mentions légales ».

Cette page comporte les éléments suivants :

  • la dénomination et l’adresse du siège social de l’association,
  • une adresse de courrier électronique,
  • le nom des membres,
  • le nom, la dénomination ou la raison social et l’adresse de l’hébergeur.

Créer un site à faible impact environnemental

Le numérique émet une quantité astronomique de gaz à effet de serre. Il est important de concevoir un site « écoresponsable » qui consomme le moins d’énergie possible.

Pour comprendre comment réduire son impact carbone lors de la création d’un site internet, Bruno Della Mattia, développeur web et Fondateur éponyme du studio de création digitale responsable, nous délivre des conseils à transmettre à votre développeur ou en prendre en compte dans l’élaboration de votre site.

Portrait de Bruno Della Matia

« Il faut viser à trouver le meilleur équilibre possible entre le niveau de performance ou de qualité de votre site (et de vos attentes) et la quantité des ressources d’énergie nécessaires pour atteindre cette performance. Il faudra développer un site qui se charge rapidement, qui convertit mieux vos clients et qui est performant en référencement sur les moteurs de recherche.« 

– Un design épuré

Adapter l’UX/UI et l’ergonomie de votre site pour parvenir à un design sobre et épuré.

Il faut partir à la chasse au superflu, aux effets qui ne sont pas nécessaires.

Pour les éléments graphiques, privilégiez si possible les icônes ou illustrations aux images.

Veillez à utiliser deux polices d’écriture maximum : une pour les titres et une autre pour le texte.

– Des fonctionnalités utiles

Certains sites web disposent de fonctionnalités parfois inutiles. Il faut, quand cela est possible, les supprimer et revenir à l’essentiel 1 fonctionnalité = 1 page. Si votre site utilise un CMS (Content Management System) comme WordPress, pensez à supprimer les plugins inutiles. D’ailleurs, je vous conseille les thèmes GeneratePress ou Susty.

– Des contenus légers

Vous pouvez optimiser vos contenus media, sans que cela ne se fasse au détriment de leur qualité. Utilisez donc les bons formats web et compressez vos images pour réduire leur poids avec des outils comme Tinyjpg ou Squoosh par exemple

Préférez également héberger vos vidéos sur une plateforme, ou compressez les pour les rendre plus légères.

– Un hébergeur « vert »

Réduire votre impact grâce à l’éco-conception web passe par adopter un hébergement web écologique qui utilise des énergies renouvelables pour alimenter les serveurs. Par exemple Infomaniak.

Le Conseil final de Bruno : « Pour connaître l’empreinte carbone de votre site web, vous pouvez vous suivre les analyses et recommandations de WebsiteCarbon ou Eco Index« .

Augmentez votre visibilité sur internet

Faites connaître votre association et vos activités !

Chaque association qui crée son compte sur HelloAsso bénéficiera d’une page internet dédiée visible sur tous les moteurs de recherche et personnalisable.
De plus, chaque projet et campagne se verront attribués également une page dédiée personnalisable et partageable sur les réseaux sociaux.
Et finalement, un moteur de recherche spécialement conçu pour vous offrir encore plus de visibilité accessible à l’adresse helloasso.com. Donnez de la visibilité à vos activités associatives et augmentez vos financements !

Nous vous recommandons aussi