Une association peut elle refuser une adhésion ?

Un peu de numérique dans votre association ?

Découvrez HelloAsso

En règle générale, tout le monde a le droit d’adhérer à une association. Cependant, sachez que les associations ont également leur mot à dire. En effet, selon ses clauses statutaires, une association peut se donner une certaine liberté en ce qui concerne l’adhésion d’un nouveau membre. Mais alors… Une association peut-elle refuser une adhésion ? Si votre association souhaite restreindre le type ou le nombre d’adhérents, vous devez vous plier à certaines règles et connaitre vos obligations avant de vous hasarder à refuser une adhésion.

Avant d’accepter ou de refuser : connaitre les catégories de membres d’une association

Ainsi, en principe une association ne peut pas rejeter une personne souhaitant la rejoindre. Mais après avoir spécifié les obligations de ce dernier et sa catégorie, l’association a la possibilité de décliner cette demande. Dès lors, il est bon de connaitre les différentes catégories de membres afin de pouvoir définir si votre association peut ou non refuser l’adhésion d’un nouveau membre.

Les membres fondateurs de l’association

Appartiennent à cette catégorie les membres qui ont constitué l’association. Vu qu’ils ont rédigé eux-mêmes le statut, ils se sont donc identifiés en tant que tels. Par ailleurs, ce sont également les signataires du procès-verbal de l’assemblée générale constitutive. Aucun nouvel adhérent ne pourra intégrer cette catégorie de membre.

Les membres de droit

Dispensés des procédures d’admission (parrainage, etc.), ces derniers sont pourtant admis et acceptés par l’association. Les membres de droit doivent être définis selon les critères mentionnés dans les statuts. Les nouveaux adhérents ne peuvent accéder à cette catégorie s’ils ne répondent pas à ces critères.

Les membres d’honneur

Également appelés membres honoraires, ceux-ci sont choisis selon les services particuliers qu’ils ont rendus à l’association. Ils sont rarement soumis au paiement de la cotisation. Par ailleurs, ces membres privilégiés peuvent ne pas appartenir à l’association.

Les membres bienfaiteurs

Ces derniers — sur des élans de générosité — adressent des dons à l’association. Ils peuvent également la soutenir financièrement en versant un montant de cotisation qui est supérieur à celui des membres dits « actifs ». Avant de faire une demande d’adhésion dans cette catégorie, le membre devra comprendre qu’il s’agit d’un titre honorifique. En effet, il bénéficiera des mêmes droits réservés aux membres actifs. Un membre bienfaiteur n’aura donc pas de droits supplémentaires. Il est possible de refuser un membre bienfaiteur si les statuts expliquent clairement pourquoi.

Les membres à vie

Cette catégorie est réservée aux membres adhérents à l’association qui bénéficient de ce statut aussi longtemps qu’ils vivent. S’agissant d’une catégorie particulière, elle ne peut être transmise après la mort du membre bénéficiaire.

Les membres actifs, les poumons de votre association

Il s’agit en effet de ceux qui forment l’envergure de l’association. Tout adhérent doit être accepté du moment qu’il remplit les conditions stipulées dans les statuts. En effet, le refus d’une candidature ne peut dépendre que des clauses des statuts de l’association.

Pourquoi une association refuse-t-elle une adhésion ?

Tout se jouera sur l’aptitude du candidat à répondre aux critères énoncés dans les statuts de l’association. En effet, n’entre pas en tant que membres de droit qui veut. D’ailleurs, même si elle fait partie des membres fondateurs, une personne ne bénéficiera pas automatiquement d’un statut de membre à vie.

Bon à savoir

Le refus d’adhésion peut avoir diverses diverses origines. Néanmoins, seuls les statuts définiront si un prétendant peut adhérer ou non à une association.

De fait, si les statuts imposent des conditions d’âge, de parrainage par d’autres membres, de qualification professionnelle, etc. par exemple, l’association peut refuser l’adhésion d’un nouveau membre si ce dernier n’est pas apte à les remplir.

Par ailleurs, les statuts peuvent également imposer à l’adhérent de payer une cotisation ou un droit d’entrée. Aussi, les candidatures peuvent être soumises au conseil d’administration, au président de l’association, à l’assemblée générale… Ces derniers décideront s’il y a adhésion ou pas. Les statuts peuvent également obliger l’adhérent à se faire parrainer par un membre. S’il ne respecte pas cette clause, son adhésion peut être déclinée.

Attention !

Si votre association se donne la liberté de refuser un adhérent, indiquez dans les statuts que vous n’êtes pas tenu d’apporter des explications lors d’un refus d’adhésion. Cela vous permettra d’éviter les procédures judiciaires si un candidat mécontent décide de vous poursuivre.

Les limites de refus d’adhésion au sein d’une association

L’origine du refus indiquée dans les statuts ne devra en aucun cas être motivée par la discrimination. Ainsi, les handicaps physiques, la race, le sexe, le rang social, etc. ne doivent jamais être la raison d’un refus d’adhésion au sein d’une association. En fait, votre liberté de choisir vos adhérents se limitera à la loi et les règles de non-discrimination.

En fin de compte, en fonction de la catégorie de membre pour laquelle le candidat postule, et en fonction des statuts, une association peut refuser une adhésion. Connaissant une certaine limite, ce refus ne doit pas aller à l’encontre de la loi.

Collecter les cotisations de vos adhérents en toute sécurité sur HelloAsso

Nous vous recommandons aussi :

Les mentions obligatoires sur le bulletin d’adhésion

Fichier des adhérents : Comment le gérer ?

Adhésion en ligne : Comment faire ?



Les associations et les clubs ont enfin leur newsletter !

Vous souhaitez savoir ce qui se dit dans le monde associatif ? Ne perdez pas le fil !
Chaque mois, l’équipe HelloAsso vous sélectionne un condensé des actualités du secteur.